Documents Retour au récit
  Fermer

ExComm

Émanation du Conseil national de Sécurité (NSC) créé par le président Truman en 1947, le Comité exécutif (ExComm), dont les débats sont enregistrés, est une cellule de crise chargée d'élaborer, sous la direction du président, les ripostes américaines. Dissous en février 1963, l'ExComm se révèle si performant qu'il est ensuite recréé sous le nom de Groupe permanent. Comité de crise
Comité de Sécurité
Outre Kennedy, l'ExComm comprend notamment :

Lyndon B. JohnsonLyndon B. Johnson (1908-1973) est un Texan élu représentant en 1937 et sénateur en 1949. Rival de Kennedy à l'investiture démocrate pour l'élection de 1960, il devient son vice-président. Kennedy le consulte pendant la crise de Cuba, notamment sur les réactions au sein du Congrès dont il est un expert. Devenu président après l'assassinat de Kennedy et réélu en 1964, il lance de vastes réformes sociales et politiques, tout en intensifiant l'engagement américain au Vietnam.

John et Robert KennedyRobert F. Kennedy (1925-1968) est le jeune frère du Président et aussi son plus proche collaborateur. Après avoir été avocat, il devient ministre de la Justice (1961-1964). Il joue un rôle déterminant lors des débats au sein de l'ExComm. Alors qu'il se présente à l'élection présidentielle de 1968, il est à son tour assassiné.

Theodore Sorensen (né en 1928), avocat, assistant du sénateur Kennedy (1953-1960) puis conseiller spécial du Président (1961-1964). Il fait figure de plus loyal collaborateur de Kennedy. Favorable à un blocus de Cuba, il rédige le discours prononcé par Kennedy le 22 octobre.

Dean RuskDean Rusk (1909-1994) gravit les échelons du Département d'État, avant de le diriger de 1961 à 1968. C'est un diplomate expérimenté qui a déjà servi sous Truman. Il est l'un des artisans de la politique américaine au Vietnam. De 1969 à 1984, il enseigne à l'université de Géorgie.

McGeorge Bundy (1919-1996), universitaire (président de la faculté des Arts et Sciences de Harvard) et républicain, est appelé par Kennedy pour être son conseiller pour les affaires de Sécurité nationale (1961-1966). Considéré comme un " faucon ", il se prononce pour une attaque aérienne massive contre Cuba. Il influence ensuite la politique américaine au Vietnam. Il préside enfin la Fondation Ford (1966-1979) et enseigne à l'université de New York.

Kennedy et MacNamaraRobert MacNamara (né en 1916), secrétaire à la Défense, est un technocrate qui fut président de Ford. Il a la confiance de Kennedy. Durant la crise de Cuba, il plaide en faveur du blocus. Il est l'un des promoteurs de l'engagement américain au Vietnam.

George W. Ball (1909-1994), d'abord sous-secrétaire d'État pour les Affaires économiques puis sous-secrétaire d'État (1961-1966), met en œuvre l'embargo contre Cuba. Il est partisan du blocus naval et hostile à des mesures militaires offensives.

John McConeJohn McCone (né en 1902), homme d'affaires républicain, adjoint au secrétaire à la Défense (1948) et sous-secrétaire à l'Air Force (1950-1951), directeur de la Commission de l'Énergie Atomique (1958-1960). Il devient en novembre 1961 directeur de la CIA après le fiasco de la Baie des Cochons, en remplacement d'Allen Dulles. Il dirige la CIA jusqu'en 1965. Dès août 1962, il émet l'hypothèse que le déploiement de SAM-2, repérés par un U-2, est destiné à protéger des bases de missiles nucléaires.

Maxwell TayloGénéral Maxwell Taylor (1901-1987), chef d'état-major de l'Armée sous Eisenhower, puis chef d'état-major général (1962-1964). C'est un ami fidèle de Kennedy ; il défend une ligne dure lors de la crise de Cuba. Il est ambassadeur au Vietnam (1964-1965), avant de devenir conseiller spécial du Président.

Llewellyn Thompson (1904-1972) est ambassadeur à Moscou de juillet 1957 à juillet 1962. Il est favorable à un blocus de Cuba. Il est ensuite ambassadeur itinérant (1962-1967) puis sous-secrétaire d'État.

John McCloy (1895-1989) est une personnalité éminente de la vie politique américaine, ayant côtoyé sept présidents. Il est notamment président de la Banque mondiale et haut-commissaire en Allemagne, avant de devenir l'un des principaux conseillers de Kennedy. Il coordonne les négociations américano-soviétiques sur Cuba à l'ONU.

Paul H. Nitze (né en 1907), banquier, directeur du Policy Planning Staff (1950-1953), secrétaire adjoint à la Défense (1961-1963). C'est un " faucon " qui recommande une action militaire immédiate contre Cuba. Il dirige également le groupe chargé d'élaborer des ripostes à une éventuelle action soviétique contre Berlin. Il est ensuite secrétaire à la Marine (1963-1967) et enfin sous-secrétaire à la Défense.

C. Douglas Dillon (né en 1909), homme d'affaires républicain, ambassadeur à Paris (1953-1957), sous-secrétaire d'État (1959-1961), est choisi par Kennedy pour être secrétaire au Trésor (1961-1965). Anticommuniste, il est un " faucon " qui se prononce pour une attaque contre les bases cubaines, avant de se ranger à un avis plus modéré.

Alexis Johnson (1908-1997), sous-secrétaire d'État pour les affaires orientales (1951-1953), ambassadeur en Tchécoslovaquie (1953-1958), ambassadeur en Thaïlande (1958-1961), sous-secrétaire d'État adjoint pour les Affaires politiques (1961-1964), vice-ambassadeur au Vietnam (1964-1965), sous-secrétaire d'État (1965-1966).

Kenneth O'Donnell (1924-1977), assistant particulier de Kennedy.

Roswell Gilpatric (1906-1996), sous-secrétaire à l'Air Force (1951-1953), président de l'Aerospace Corporation (1960-1961), secrétaire adjoint à la Défense à partir de janvier 1961.

Documents Fermer

Homepage